Vous êtes ici : Accueil > Réglementation > SDAGE
Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux
Source eaufrance
Le SDAGE du bassin Rhône-Méditerranée 

Le SDAGE, schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, est entré en vigueur le 21 décembre 2015 pour les années 2016 à 2021. 
 
 
Les documents du SDAGE 2016-2021 
 
Le SDAGE 
Le programme de mesures 
Le rapport d'évaluation environnementale 
Les documents d'accompagnement du SDAGE 
 
Le SDAGE définit la politique à mener pour stopper la détérioration et retrouver un bon état de toutes les eaux : cours d’eau, plans d’eau, nappes souterraines et eaux littorales. 
Document de planification pour l’eau et les milieux aquatiques du bassin Rhône-Méditerranée, il fixe, pour 6 ans, les grandes priorités, appelées "orientations fondamentales", de gestion équilibrée de la ressource en eau. 
Un programme de mesures accompagne le SDAGE. Il rassemble les actions par territoire nécessaires pour atteindre le bon état des eaux. Ces documents permettent de respecter les obligations définies par la directive cadre européenne sur l’eau pour atteindre un bon état des eaux. 
 
Le bon état ? 
 
> Pour les eaux superficielles 
L’évaluation repose sur deux composantes : 
l’état écologique, apprécié selon des critères biologiques ; 
l’état chimique (en regard des normes européennes d’usages : baignade, production d’eau potable, élevage de coquillages…). 
Si l'état chimique et l’état écologique sont bons, le “bon état” est reconnu. 
> Pour les eaux souterraines 
Le bon état est apprécié en fonction de la qualité chimique et de la quantité d’eau (équilibre entre prélèvements et alimentation de la nappe). 
 
Les orientations du SDAGE répondent aux grands enjeux pour l’eau du bassin 
Ces grands enjeux sont, pour le bassin Rhône-Méditerranée, de : 
s’adapter au changement climatique. Il s’agit de la principale avancée de ce nouveau SDAGE, traduite dans une nouvelle orientation fondamentale ; 
- assurer le retour à l’équilibre quantitatif dans 82 bassins versants et masses d’eau souterraine ; 
- restaurer la qualité de 269 captages d’eau potable prioritaires pour protéger notre santé ; 
- lutter contre l’imperméabilisation des sols : pour chaque m2 nouvellement bétonné, 1,5 m2 désimperméabilisé ; 
- restaurer 300 km de cours d’eau en intégrant la prévention des inondations ; 
- compenser la destruction des zones humides à hauteur de 200% de la surface détruite ; 
préserver le littoral méditerranéen.